"Besancenot : On n’a plus le choix, c’est nos vies ou c’est leurs profits"

Publié le par Cumulolingus

Dans cette émission, Besancenot parle notamment du scandale à la Poste, qui avait un stock colossal de masques et n'en a pas fait profiter ses salariés. 
 
On rappelle le discours de Sarkozy lors de la crise de 2008. Il avait déjà utilisé l'idée d'un monde "nouveau" qui commençait et d'un mea culpa du capitalisme. Macron tenterait de nous berner de la même façon.  
 
Besancenot fait lui aussi une allusion à La Stratégie du choc de Naomi Klein en disant que les puissants pourraient mettre en place des politiques ouvrant la porte au règne de la "barbarie". 
 
Il rappelle que la politique de démantèlement du système de santé va être poursuivie par le gouvernement. Des indices : le limogeage du directeur de l'ARS du Grand Est qui a dit poursuivre la politique de réduction du nombre de lits d'hôpitaux en pleine épidémie, le paiement des étudiants en médecine mobilisés 1 euro de l'heure au lieu d'embaucher... 
 
Il fait enfin une critique de la gauche et des mouvements sociaux (dans laquelle il s'inscrit) qui se sont mobilisés depuis des dizaines d'années sur des batailles strictement défensives. Ça me rappelle que cette humilité est une des raisons qui font l'estime que j'ai pour le bonhomme. 
 
Selon lui, nous vivons un moment où tout est possible : une opportunité à saisir pour mettre en place des changements profonds... ou un chemin vers pire encore.
"Besancenot : On n’a plus le choix, c’est nos vies ou c’est leurs profits"
« Nos vies valent plus que leurs profits ». Rarement un slogan de manif n’aura pris un sens aussi éclatant et aussi profond. Depuis des années, la contestation répète qu’un autre monde est possible. Il est urgent de dire lequel, aujourd’hui. De le dire et de le faire. Urgent, oui. La colère est immense, jusque dans les moindres nerfs du monde, mais elle peut apporter le pire comme elle peut défoncer la porte vers un autre monde. Nous n’avons plus le choix. Après c’est maintenant. Les idées sont là, les projets, la mémoire, le désir, le souffle, le talent du peuple, la vie en somme, nos vies, face au profit, leurs profits.
 
Un entretien de Daniel Mermet avec Olivier Besancenot, salarié de La Poste, membre du Nouveau parti anticapitaliste (NPA).
_____
 
Ecouter l'émission : ICI.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article