Pablo Servigne, "L'Entraide : l'autre loi de la jungle"

Publié le par Cumulolingus

Il y a quelques mois, je tombais sur une vidéo où on voyait parler Servigne, chercheur en biologie, en 2017 (il a écrit sa thèse sur les fourmis, ce que je trouve assez passionnant). Il évoquait le contenu du livre qu'il avait co-écrit avec Gauthier Chapelle et paru cette année-là. Ils y reprenaient en la réactualisant la thèse de Pierre Kropotkine, géographe, explorateur, zoologue, anthropologue, géologue et théoricien anarchiste (oui, à cette époque les savants et explorateurs étaient très polyvalents !), qu'il avait développées dans son livre L'Entraide, un facteur de l'évolution en 1902. Kropotkine attaquait alors le mythe d’un monde construit sur le principe de compétition, ce qu'on résume souvent à "la loi du plus fort".
 
Derrière tout ça, ce que relèvent aussi bien Kropotkine que Servigne, c'est que les découvertes de Darwin ont été utilisées idéologiquement par les défenseurs du capitalisme du XIXe siècle pour donner une légitimité naturelle à leur modèle social (ce qu'on a appelé le "darwinisme social").
 
Darwin a mené ses observations en milieu tropical, là où les ressources sont abondantes pour les êtres vivants. Kropotkine, par contre, a mené les siennes en Sibérie, là où les ressources manquent. Ce que ce dernier a démontré, c'est la place capitale de l'entraide quand les ressources viennent à manquer - situation vers laquelle l'espèce humaine se dirige inexorablement.
C'est l'entraide qui permet à des groupes et à des espèces de continuer à exister. Les groupes pratiquant la compétition entre individus sont amenés à disparaître et ceux qui pratiquent la coopération sont beaucoup mieux armés pour survivre.
Voici une intervention de l'auteur interrogé par François Ruffin en octobre 2018.
Je trouve son propos plus profond que dans ses interventions dans les grands médias. On ne l'incite pas à focaliser sur le sensationnalisme. Il peut parler librement d'éthique, de zoologie, de la place de l'anarchisme dans tout ça, des origines du capitalisme et de spiritualité, même s'il aborde le dernier thème un peu superficiellement, car il doit sentir que Ruffin ne sait pas trop comment réagir.
 
Ce moment d'échange entre ces deux hommes animés par la volonté de se consacrer au bien commun, je l'ai trouvé extrêmement émouvant. Ils parlent entre humains, avec intelligence, un esprit critique aiguisé, conscients qu'ils ont une responsabilité à tenir et soucieux d'éclairer les autres.
Ce qui semble perturber un peu Ruffin, c'est que Servigne ne livre pas de solutions pré-mâchées. Il fait surtout part de ses observations sur comment la vie en société fonctionne. Je ne trouve pas ça gênant, car sa manière de raconter le vivant me touche au plus profond. Cette vidéo est d'utilité publique !
 
La vidéo qui suit est une intervention de Servigne au ENTPE (Ecole Nationale des travaux Publics de l'Etat), école d'ingénieur dans la région Rhône-Alpes, en avril 2018 :
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article