"Le Révolutionnaire (Olivier Besancenot)", d'Usul

Publié le par Cumulolingus

Encore une vidéo sympathique d'Usul de sa série "Mes chers contemporains". Sympathique la patte d'Usul comme je trouve sympathique Olivier Besancenot. Pourtant, au niveau des critiques qui sont faites sur le trotskisme à travers la personne de Besancenot, j'en trouve certaines trop légères, voire chargées d'inexactitudes :
- Au sujet du sectarisme attribué au leader du NPA, il montre un extrait de l'émission "On n'est pas couché", dans lequel Catherine Robbe-Grillet dit avoir des maux de tête alors que Besancenot parle. Alors que l'attention se relâche et qu'il semble qu'on ne l'écoute plus, celui-ci commente : "Chacun ses petits problèmes." Je ne vois pas ce que ça prouve. Peut-être est-il juste vexé d'avoir été interrompu ? Que s'est-il passé dans la séquence d'avant de l'émission ? Je trouve l'argumentation à partir de cet exemple bien fragile.
- Les troskistes n'auraient jamais gouverné nulle part. C'est ce qu'affirme Usul. Sauf que Trotsky lui-même a gouverné. De 1917 à 1924, il a fait partie du bureau politique du Parti bolchevik au pouvoir en URSS. Il était même à la tête de l'Armée rouge. Cette expérience du pouvoir a fait couler beaucoup d'encre, aussi bien chez les partisans de Trotsky, que chez ses détracteurs (qu'ils soient staliniens, anarchistes ou d'ultra-gauche).
- Sur le côté "has been", Usul cite le point de vue de sa petite-amie, qui trouverait les trotskistes ridicules quand ils chantent "L'Internationale" le point levé. A noter qu'Usul ne partage pas ce point de vue, puisqu'il trouve ça "beau". Je trouve donc l'argument invoqué vraiment incompréhensible. A part s'il cherche avant tout à plaire à sa compagne en citant des avis qu'il ne partage pas. Par contre, pour ce qui est de la nécessité de "réactualiser nos grilles de lecture", je donne raison à Usul.
- Sur l'argument que Besancenot serait vraiment dogmatique en refusant d'être un politicien professionnel, je trouve ça au contraire extrêmement louable !
De manière globale, ce qui m'a dérangé dans cette vidéo, c'est son aspect très émotionnel. Comme si Usul, qui se présente comme ancien trotskiste, avait des comptes à régler avec son passé. Bien sûr, on sent sa tendresse pour Besancenot, mais sa vidéo aurait pu gagner en qualité s'il avait réussi à prendre un peu plus de recul.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article