Débat entre Onfray et Zemmour

Publié le par Cumulolingus

Voilà 2 hommes dont j'ai beaucoup suivi les interventions médiatiques. Zemmour m'horripile le plus souvent par ses obsessions : le déclin de la société actuelle serait dû aux musulmans, au lobby homosexuel et aux féministes ; Onfray par des énormités qu'il est capable de sortir d'un ton professoral et très sûr de lui : les OGM, le nucléaire, c'est bien, se positionnant du côté des croyants en la science et faisant fi des intérêts privés à qui elle sert, bien loin du bien commun qui semble pourtant lui tenir à cœur.
 
A Onfray, je dois des heures d'écoute passionnée de sa Contre-histoire de la philosophie. Et même si je ne suis pas d'accord sur tout ce que j'ai entendu concernant des thèmes que je maîtrisais mal, j'ai beaucoup appris grâce à son travail colossal. Il est beaucoup décrié à gauche ou chez les anarchistes pour ce qui semble être des contorsions idéologiques de sa part. Pourtant je suis la rediffusion de ses interventions publiques, car il tente de penser de manière non-dogmatique et argumentée. Pour ce qui est de Zemmour, même si je trouve que sa pensée est profondément empreinte de misogynie, d'homophobie et de racisme (il me semble assez clair qu'il a peur de beaucoup de choses !), j'y reviens souvent. Je sais d'avance qu'il va m'exaspérer, mais je vais essayer d'écouter son intervention jusqu'au bout. Parce que même s'il défend des idées politiques fondamentalement opposées aux miennes, il a de nombreuses références, et je vais aller chercher après coup pour élargir ma vision du réel. Ses idées ont le vent en poupe. C'est regrettable, mais j'aime comprendre les choses.
 
Les 2 hommes se respectent. Je veux dire qu'ils se laissent parler et s'écoutent. C'est rare dans les débats. Ils ont déjà débattu plusieurs fois dans l'émission télé de Ruquier (On n'est pas couché), dans laquelle Zemmour a été chroniqueur. C'est un vrai débat que j'ai apprécié. Notamment pour certains sujets sur lesquels ils étaient d'accord : le déclin de la civilisation occidentale (je dirais même de l'humanité - mais ils ne parlent jamais d'écologie...), le néo-libéralisme uniformisant... et pour des sujets sur lesquels ils sont opposés : mai 1968 et ses valeurs, la condition des femmes.
Zemmour a cité l'historien et sociologue américain Christopher Lasch, que je ne connaissais pas. Ce dernier aurait été taxé de réactionnaire par la gauche américaine de son époque pour avoir critiqué la société industrielle, qui, sous couvert de conduire au progrès pour l'individu, uniformise, détruit les cultures populaires pour les noyer dans la culture de masse. Zemmour commettrait une erreur en disant que la critique de Lasch daterait des années 1920. Le penseur américain serait né en 1932 et ses œuvres connues auraient été publiées à partir des années 60. Autre erreur : il est toujours persuadé que les avancées en matière de droits des femmes sont une supercherie, voire quelque chose de négatif.
Onfray m'a touché quand il a dit qu'à gauche, quand un homme de droite dit quelque chose, il a forcément tort car il fait partie des adversaires. Lui donnerait plus d'importance au contenu du propos qu'à la position de celui qui l'émet (allié ou ennemi politique). La critique vaut pour tous. C'est le genre de positionnements que j'aime chez Onfray. Fuir les dogmes et les préjugés, reconnaître ses torts, ne pas soutenir un allié politique quand il dit des énormités et approuver un adversaire quand il dit quelque chose qu'on trouve juste. Mais en revanche, Onfray semble vouloir être partout et émettre des avis sur tout. A mes yeux, ses apparitions médiatiques fréquentes le font tendre à la posture d'un bonhomme triste et bougon, faiseur de mots d'esprit, certes, mais émettant des jugements moraux à la pelle et, sous prétexte de liberté de penser, contredisant interminablement les références éthiques dont il se réclame.
 
Un élément regrettable du débat : la présence de Franz-Olivier Giesbert (l'animateur), qui, en essayant de faire le clown, débite de nombreuses énormités qui montrent son ignorance dans de nombreux domaines et une prétention qui le fait passer pour un vrai nigaud.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article